mardi 28 juin 2016

Conjonctions intempestives

Comme disait l’autre il y a peu justement : elle est courte la vie. Plus qu’on pense des fois…
Dantec a levé le camp à 57 ans. C’est de bonne heure.
Il nous aura pris de court jusqu’à la fin.
Qu’il trouve enfin le repos, ce bouillant paradoxe sur deux pattes à qui on peut bien reprocher tout ce qu’on voudra, mais certainement pas d’avoir cherché à endormir ses lecteurs!
_____________________________________

Sur une note moins sombre et pour nous rappeler le caractère primesautier des boucles du temps, je réalise que Tchekhov ressemblait à Moutier (moins les lunettes) :

Source: http://tsutpen.blogspot.ca


Source: www.maximeoliviermoutier.com




samedi 28 novembre 2015

Une autre petite entorse à mon silence

Tombé là-dessus par hasard...
J’ai juste trouvé ça trop beau; fait que, je vous le partage:


vendredi 13 février 2015

Il n’en fallait pas plus pour que je sorte (momentanément) de ma tanière!

À voir-entendre absolument :

http://petit-rien-film.blogspot.fr/









Vous allez le constater, c’est un travail courageux, nécessaire et d’une foudroyante efficacité. Il faut une sensibilité exceptionnelle, je crois (sans parler, évidemment, du talent), pour traiter avec cette justesse un matériel aussi délicat. Sujet plein de pièges abordé ici avec la fine densité suggestive qu’il faut pour emporter le cœur et l’esprit dans un partage douloureux certes, mais combien riche et porteur. Je salue bien bas Hélène et Laure pour cette remarquable manifestation de courage et de grâce.

dimanche 4 janvier 2015

Fait que c'est ça qui est ça...

...pour l'instant du moins...

après deux années de présence assez assidue, je suis mûr pour une pause d’une durée indéterminée...


grand merci à vous fidèles lecteurs et lectrices;
je vous souhaite une superbe année!
(je reprends mon statut de SBF -
je reste donc dans le décor...)

(si vous souhaitez revoir, sans les textes, les images de ce blogue, en voici la Galerie)

dimanche 28 décembre 2014

Cosmique soliloque (?)




l’Esprit se parle à lui-même
et de ce monologue s’élève parfois une musique
qui ravit l’Univers

samedi 20 décembre 2014

Où s’arrête la franchise

à la lueur des mots silencieux
détournés
engloutis par cette veulerie :
plaire

une rancune palpite en secret
les figures immobiles nous le disent
une rancune s’agite
engloutie
par cette misère :
plaire

vendredi 12 décembre 2014

Celui ou celle




celui qui
en dépit de tout
rêve l’absolu
de la nuit

celui qui engage son être
celui qui contre tout
celui qui pense la nuit

celui qui
contre la nuit
engage tout
celui qui
pense son être